Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'Infolettre de France Univers

L'Anti-Brecht (réédition augmentée)

1couvBrecht.jpg-CHAUVRY.jpg-2.jpgMichel  Mourlet : L’ANTI-BRECHT

LE THÉÂTRE,  SA MORT, SA VIE

(Édition revue et augmentée)

 

P

ublié en 1989 sous le titre Thaumaturgie du théâtre ou l’Anti-Brecht, pourquoi rééditer ce livre en 2010 ? Il y a vingt ans, il se plaçait à la pointe du combat final qu’il fallait livrer contre l’idéologue stalinien qui avait profité de la partition de son pays et du monde pour exercer sur le théâtre européen, spécialement en France, une influence que son talent eût été bien en peine de lui assurer en d’autres temps. La jobardise d’une majorité d’intellectuels avait fait le reste. À présent que cette royauté d’opérette berlinoise et tout ce qui la soutenait s’est écroulé, il se trouve encore des gens pour dire,  et peut-être

pour  croire, que Bertolt  Brecht,  comme le saint Éloi de la chanson, n’est pas mort, qu’il n’était d’ailleurs pas si communiste que ça ; et pour tenter périodiquement de le remettre en selle, ou en scène, en dépit de la médiocrité avérée de l’ensemble de sa production littéraire.

   Pour ceux qui sont en passe de l’oublier, ou n’ont pas connu la Longue Imposture, il devenait donc indispensable de rappeler qui était Brecht, ce qu’il pensait, comment il entendait instrumentaliser le théâtre, arme de propagande dénoncée entre autres par Ionesco. Cet ouvrage résume un argumentaire toujours d’actualité malgré la chute de l’icône appendue aux barbelés de la Honte, chute par ce livre annoncée il y a vingt ans ; s’appuyant sur l’ensemble du théâtre occidental depuis le miracle grec, il prend acte d’un retour nécessaire de l’art dramatique à ce qu’Artaud nommait une « opération de magie ».  

   Entre son analyse de la « fascination » cinématographique et son engagement dans la défense géopolitique de la langue française, Michel Mourlet se devait de faire ce détour par le théâtre, qu’il a observé durant plus de quinze années comme critique d’un grand hebdomadaire, et qui occupe une place à part dans son œuvre, depuis une certaine Mort de Néron  aujourd’hui étudiée dans les universités.

    132 pages, format 14 x 21, sur Bouffant. 

    À paraître le 1er mars.

 

 Jusqu’au 30 avril 2010, l’Anti-Brecht est proposé exclusivement par correspondance à un prix exceptionnel de lancement : 19 €, frais de port inclus. (L’ouvrage sera vendu ensuite 22 € en librairie et 25 € par correspondance, frais de port inclus).

   Pour en acquérir un ou plusieurs exemplaires, il suffit d'en faire la demande accompagnée du règlement par chèque à France Univers - 3, rue d'Estienne-d'Orves 92110 Clichy-la-Garenne. La commande sera expédiée au plus tard dans la dernière quinzaine d’avril 2010.

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :